Posséder un bijou de haute-joaillerie est peut-être le rêve de petite fille qui demeure le plus présent à tous les âges de la vie. Mais si les pierres sont tant admirées pour leur beauté, leurs couleurs multiples et à chaque fois uniques, il est plus rare de savoir d’où elles proviennent, d’où vient leur nom ou même comment identifier des pierres de première qualité par exemple. Ce lexique des pierres précieuses et des pierres fines vous invite à entrer dans le monde magnifique et féerique des pierres pour en découvrir leur face cachée. Il faut savoir tout d’abord que les pierres (ou gemmes) sont classées en fonction de leur dureté c’est à dire de leur résistance à la rayure. Cette dureté varie de 1 à 10 selon un barème universellement reconnu, l’échelle de Mohs, du nom de son initiateur, le minéralogiste Friedrich Mohs (1773-1839). Avec un indice de 10, le diamant est considéré comme étant la matière naturelle la plus dure au monde.

PIERRES PRECIEUSES

Diamant

Le diamant

S’il est une pierre qui déchaîne toutes les passions, c’est bien le diamant, roi des pierres précieuses autant pour son éclat typique, sa dureté exceptionnelle que sa rareté. Son nom vient du latin adamas qui signifie indomptable en référence à sa dureté. Il incarne, dans la tradition occidentale, la souveraineté universelle, la perfection et l’incorruptibilité. L’engouement qu’il suscite n’est pas récent puisque plusieurs siècles avant que Marilyn ne chante d’une voix envoûtante « Diamonds are a girl’s best friends », ces pierres fastueuses faisaient déjà rêver dans l’Antiquité.
Mais d’où proviennent de tels joyaux ? A travers le monde, la production de diamants se fait sur tous les continents : Russie, Bostwana, Australie, République démocratique du Congo, Afrique du sud, Canada et Namibie principalement.
Les diamants sont le plus couramment blancs (classés de D à Z) ou de la gamme des jaunes mais savez-vous qu’il existe des diamants de toutes les couleurs ou presque ? Vert, rouge, bleu, pourpre, brun et même noir… ces diamants de couleurs franches, appelés « Fancy colour » sont beaucoup plus rares et n’en ont que plus de valeur, atteignant parfois des prix records.
Certains diamants sont porteurs d’une histoire qui a fait leur légende s’appuyant sur un passé prestigieux ou une grosseur extravagante. Parmi les diamants les plus célèbres, on peut citer le « Cullinnan », le « Hope » (fameux diamant bleu de la couronne britannique) et le « Wittelsbach » qui fut le diamant le plus cher jamais vendu aux enchères.
Le caractère précieux d’un diamant est aussi question de pureté. Et là, curieusement, les critères diffèrent d’un pays à l’autre.
En France, la couleur et la pureté sont les principaux critères de choix. En Allemagne, la perfection interne du diamant est primordiale alors qu’aux Etats-Unis et en Scandinavie, la taille et le poids des pierres sont les premiers critères. En Asie enfin, c’est la pureté qui l’emporte. Tout diamant taillé est considéré comme pur si aucune inclusion n’est visible avec une loupe de grossissement 10.
Aussi pur soit-il, un diamant ne dévoile toute la plénitude de sa beauté qu’une fois taillé, opération délicate s’il en est. Les places les plus réputées pour la taille des diamants sont principalement à Anvers (Belgique), à Tel-Aviv (Israël) et au Gujarat (Inde). La masse d'un diamant se mesure en carat et un carat équivaut à 0,20 gramme.
En résumé, la qualité d’un diamant est déterminée par quatre critères d’appréciation que l’on désigne comme les 4C, se référant aux initiales des mots anglais désignant la taille (cut), la couleur (colour), la pureté (clarity) et le poids (carat).

Rubis

Le rubis

Avec sa belle couleur rouge profond fascinante, le rubis symbolise le bonheur et le feu, apporte joie et prospérité, procure énergie et santé selon la tradition populaire. Une pierre qui se révèle infiniment précieuse à tous les égards.
Le rubis est la pierre la plus dure après le diamant avec un indice de 9, tout comme le saphir. Il appartient à la famille du corindon et doit son nom à sa couleur, rubeus signifiant « rougeâtres » en latin. Le rubis présente différentes tonalités de rouge, la plus recherchée étant « sang de pigeon », d’un beau rouge franc avec une pointe de bleu.
Une fois taillé, le rubis brille d’un éclat proche de celui du diamant. Il faut savoir que les inclusions, très fréquentes dans le rubis, ne déterminent pas la qualité de la pierre mais sont un gage d’authenticité révélant un rubis naturel et non pas synthétique. La plupart des rubis proviennent de Birmanie (Myanmar), de Thaïlande (rouge brun à rouge violet), du Sri Lanka (rouge clair à rouge framboise) et de Tanzanie (violet à rouge brun). Le rubis est l’une des pierres les plus coûteuses et les plus gros rubis sont plus rares que les diamants de même taille. Le plus gros rubis jamais trouvé pesait 400 carats et provenait de Birmanie. A travers le monde, de nombreux rubis rehaussent de leur éclat les couronnes royales ou princières.

Saphir

Le saphir

Le saphir est considéré comme la pierre céleste et les orientaux le tiennent pour le plus précieux des talismans. On dit même qu’il aurait le pouvoir de protéger contre le « mauvais œil ». En outre, il a la particularité, avec l’améthyste, d’orner l’anneau épiscopal. Deux célèbres saphirs brillent également sur la couronne d’Etat impériale d’Angleterre.
Son nom vient de l’hébreu sappir qui signifie « pierre bleue ». De la famille du corindon, le saphir est, avec le rubis, la pierre la plus dure après le diamant ; son indice de dureté est de 9. Les saphirs les plus recherchés présentent une belle couleur bleu bleuet foncé avec un reflet velouté. Ils proviennent du massif de l’Himalaya et sont aujourd’hui pratiquement introuvables. D’autres régions du monde fournissent des saphirs de teintes variées : Birmanie (bleu de Prusse), Thaïlande (bleu très foncé), Australie (bleu noirâtre mêlé de vert), Montana aux Etats-Unis (bleu ardoise à reflets métalliques), Sri Lanka, (bleu pastel très brillant) que l’on nomme encore saphir de Ceylan… Certaines inclusions donnent au saphir un éclat soyeux et, lorsqu’elles sont relativement nombreuses, elles produisent une chatoyance ou bien une étoile à six branches, d’où le nom de « saphir étoilé ». Le plus gros saphir étoilé jamais taillé (536 carats), appelé l’ « Etoile de l’Inde » est conservé à l’American Muséum of Natural History à New York. Aux Etats-Unis toujours, les têtes des présidents Washington, Lincoln et Eisenhower ont été sculptées dans des saphirs pesant chacun environ 2000 carats.

Emeraude

L’émeraude

On dit de l’émeraude qu’elle est une pierre à double facette ; elle est réputée porter bonheur à condition d’être portée sous de bons auspices. Elle symbolise l’espérance et le renouveau et la tradition la présente comme la pierre du savoir. Son nom vient du grec smaragdos, lui-même issu d’un mot sémitique signifiant briller.
L’émeraude fait partie de la famille du béryl. Sa couleur verte incomparable est très stable à la lumière et sa transparence est un gage de toute première qualité. Mais, la plupart des émeraudes présentent des inclusions qui ne sont pas des défauts si elles ne sont pas trop importantes. C’est aussi un repère pour distinguer une véritable émeraude d’une pierre de synthèse et d’imitation. Avec un indice de dureté de seulement 7,5 à 8, l’émeraude est assez fragile aux chocs.
Des découvertes archéologiques attestent de la fascination des hommes pour l’émeraude depuis la nuit des temps puisqu’elle était déjà portée par les égyptiens il y a 3500 ans. Actuellement, les plus belles proviennent de Colombie, mais aussi de Zambie, du Brésil et de Russie. Quant aux plus prestigieuses d’entre elles, elles peuvent s’admirer dans les plus grands musées du monde comme le British muséum à Londres ou encore dans le trésor impérial d’Iran. Ces pierres-là n’ont rien à envier au diamant ou au rubis quant à leur valeur ou à leur célébrité.

Aigue-Marine

L’aigue-marine

Bleue comme l’azur, l’aigue-marine paraît sortie tout droit des flots. C’est sans doute ce qui lui a valu son nom ; aigua marina signifiant eau de mer en provençal. La légende veut que l’aigue-marine provienne d’un trésor sous-marin amassé par les sirènes. Au fil du temps, elle est devenue la pierre des navigateurs à qui elle apporterait sa protection bienveillante contre le chant des sirènes. C’est aussi la pierre des poètes et des hommes de lettres qu’elle inspire. Pierre de toutes les vertus, elle procurerait enfin l’éternelle jeunesse de l’esprit et l’immortalité. Mais nul besoin d’affronter les flots ou de connaître la fièvre de la création pour l’aimer passionnément. Sa beauté parle d’elle-même.
Tout comme l’émeraude, l’aigue-marine appartient à la famille des béryls. Elle est assez sensible aux chocs avec une dureté n’excédant pas 7,5 à 8. Du bleu pâle au bleu profond en passant par le bleu-vert, l’aigue-marine prend de magnifiques nuances azurées qui ont fait son succès.
Il n’est pas rare de mettre au jour des cristaux d’aigues-marines de plusieurs dizaines de kilos fournissant des pierres taillées de plusieurs centaines de carats. La plus grosse d’entre elles de qualité joaillerie fut découverte en 1910 à Marambaya au Brésil, elle pesait alors 110,5 kg. Elle fut taillée en une multitude de pierres composant, au final, un trésor de plus de 100 000 carats.

Amethyste

L’améthyste

Curieux nom pour une pierre ! En effet, en grec, améthyste signifie non ivre car elle était considérée dans l’Antiquité comme un talisman contre l’ivresse. Plus largement, l’améthyste est la pierre bénéfique par excellence et aurait le pouvoir d’éloigner les maladies et d’attirer le bonheur et la richesse. Une pierre rare à bien des égards qui fascine l’œil avec sa vaste palette de couleurs évoluant du violet pâle au pourpre.
Pierre la plus réputée de la famille des quartzs, l’améthyste doit sa couleur à la présence de fer liée à une forte irradiation et se montre sensible à la lumière. C’est ainsi que certaines améthystes pâlissent à la lumière du jour alors qu’elles tendent à s’assombrir à la lumière artificielle. Elle est également assez fragile avec une dureté qui n’excède pas 7.
Les principales zones de production sont le Brésil, Madagascar, la Zambie, l’Uruguay mais aussi le Canada, les Etats-Unis, l’Inde, le Mexique, le Myanmar, la Namibie, la Russie et le Sri Lanka. De qualités inégales, les pierres produites n’ont pas toutes la beauté ni la pureté nécessaires pour inspirer la créativité des joailliers. Si les plus beaux cristaux sont taillés à facettes, les autres sont façonnés en objets décoratifs.
Historiquement, l’améthyste était la pierre attribuée aux dignitaires ecclésiastiques car le violet, mélange de rouge et de bleu, évoque le sang du Christ et les cieux.

Citrine

La citrine

Jaune comme le citron à qui elle doit son nom (du latin citrus), la citrine semble gorgée des éclats du soleil. Sa palette de nuances varie de jaune clair à jaune foncé brun doré. Elle se marie avec l’été, s’accorde à merveille avec une tenue légère et sait tout aussi bien se glisser, pleine de chic, dans une tenue total look noir pour lui ajouter un bel éclat doré.
Il faut savoir que les citrines naturelles, la plupart du temps jaune pâle sont relativement rares. Dans leur grande majorité, les citrines sont des améthystes ou des quartzs et que leur couleur est liée à la présence de fer. Les plus belles pierres sont extraites au Brésil, en Espagne, à Madagascar et en Russie.
Avec un indice de dureté de 7, la citrine apparaît relativement fragile. Les plus beaux de ses cristaux sont montées en bagues ou en pendentifs tandis que les moins attrayants ornent principalement des colliers.

Grenat

Le grenat

Lorsqu’on pense au grenat, il semble tout naturel de l’associer au rouge. Pourtant, si le rouge est leur couleur de prédilection, les grenats peuvent aussi arborer de belles nuances jaunes, vertes ou brunes ou encore se révéler incolores. Leur point commun est leur structure cristalline identique. Leur dureté est comprise entre 6,5 et 7,5. Les principaux grenats sont le pyrope, l’almandin et la spessartite. Leur nom vient du latin granus (grain) en raison de la rondeur de leurs cristaux.
Le pyrope (du grec feu) est rouge généralement nuancé de brun et connut ses heures de gloire aux 18e et 19e siècles. L’almandin (d’après Alabandus, ville d’Asie Mineure) brille d’un rouge profond proche du violet tandis que la spessartite (du nom de son gîte de Spessart en Bavière) présente de belles nuances orange à brun rouge.
La légende dit du grenat qu’il stimulerait l’énergie sexuelle et développerait l’imagination créatrice. Il est réputé aussi protéger contre le malin, attirer l’amour et immuniser l’homme contre la trahison. Enfin, le grenat est la mystérieuse et légendaire escarboucle (grenat rouge foncé) des chevaliers du Moyen-Age dont on prétendait qu’elle les rendait invulnérables. Le péridot

peridot

Le peritdot

Apaisante comme la nature, exaltante ou simplement fraîche selon le regard qu’on lui porte, la belle couleur verte du péridot épouse d’infinies nuances qui varient du vert-jaune au vert-olive. Ce vert que l’on dit aussi émeraude fut souvent source de confusion avec la pierre précieuse dans le passé. L’un des exemples les plus frappants est le péridot ornant une châsse des Rois Mages et comptant parmi les trésors de la cathédrale de Cologne. Historiquement, le gisement le plus important de péridot se trouve en mer Rouge, sur l’île volcanique de Zebirget (ou île de Saint-Jean) à 300 km à l’est d’Assouan. Il était déjà exploité il y a 3500 ans. Tombé dans l’oubli pendant des siècles, ce gisement a été ré exploité à partir de 1900 avant d’être définitivement fermé. Les croisés apportèrent avec eux le péridot en Europe centrale. Il était très apprécié au Moyen Age afin de rehausser des ornements d’églises et des objets de culte puis, il fut, quelques siècles plus tard, la pierre la plus appréciée de l’époque baroque. Le péridot est taillé le plus souvent en taille émeraude mais parfois aussi en taille brillant, particulièrement s’il est serti dans de l’or. La taille peut être rendue difficile à cause de la dureté relativement faible du péridot : 6,5-7. Le plus gros péridot taillé pèse 310 carats. Il provient de l’île de Zebirget et se trouve actuellement à Washington. A l’époque soviétique, des péridots ont été taillés dans une météorite tombée en Sibérie orientale en 1749.

Spinelle

Le spinelle

Rouge, jaune, brun, bleu, vert, noir… le spinelle peut revêtir toutes les couleurs de l’arc en ciel ou presque mais c’est le rouge flamboyant qui porte le plus haut ses couleurs dans le cœur des amateurs de pierres. Ce beau rouge proche du rubis a contribué à brouiller les pistes par le passé car le spinelle rouge était considéré autrefois comme une variété de rubis. Ainsi, certains rubis célèbres se sont révélés être des spinelles comme le « Rubis du Prince noir » sur la couronne d’Angleterre ou le « Rubis de Tamerlan » pesant 361 carats sur un collier de la couronne d’Angleterre ou encore les spinelles de la couronne des Wittelsbach, réalisée par Biennais en 1806.
La dureté relativement bonne du spinelle (8) lui permet d’acquérir un excellent lustre. Les spinelles se rencontrent en compagnie de rubis et de saphirs dans des gisements alluvionnaires principalement au Myanmar et au Sri Lanka. D’autres régions en sont riches comme l’Afghanistan, l’Australie, le Brésil, les Etats-Unis, Madagascar, le Népal, le Nigeria, le Tadjikistan, la Tanzanie et la Thaïlande.

Topaze

La topaze

Les indiens d’Arizona appelaient la topaze pierre du bonheur car ils lui prêtaient le pouvoir de rendre les femmes amoureuses et fécondes. Elle était également appelée autrefois pierre de joie tant son rayonnement avait la réputation de chasser les idées noires et de combattre les états dépressifs. Loin de toutes ces considérations un peu mystiques, reste la meilleure des raisons pour faire le choix, aujourd’hui, d’un bijou en topaze : la subtilité et la variété de ses multiples teintes.
Rarement de couleur vive, les topazes sont le plus communément jaune orangé bien que certaines adoptent de belles nuances vertes, bleues ou roses. Elles ont une dureté de 8 qui les rend relativement sensibles aux chocs.
La plus précieuse de toutes est la topaze rose à rose orangé. Bien que des gisements de topazes existent sur tous les continents, le brésil en est actuellement le principal producteur. Si certaines topazes peuvent peser plusieurs kilos, la plus grosse topaze jamais produite était une topaze bleue trouvée en Ukraine dont le poids avoisinait les 100 kg.

Tourmaline

La tourmaline

Verte, bleue, violette, rose, rouge, jaune, noire, multicolore ou incolore… la tourmaline brouille les pistes et trouble les sens avec ses couleurs kaléidoscopiques. Il n’est pas rare qu’une même pierre présente un dégradé de couleurs ou même une mosaïque de teintes différentes. Les plus troublantes ont des couleurs concentriques et portent des noms qui sonnent comme une invitation aux voyages : « tête de Maure » pour la tourmaline incolore à terminaison noire, « tête de turc » pour la tourmaline verte à terminaison rouge ou tout simplement poétiques « tourmaline melon d’eau » pour la tourmaline verte entourée d’un cortex vert. Bien que chaque tourmaline monochrome possède un nom savant, il est plus fréquent aujourd’hui de les appeler tourmaline jaune, tourmaline bleue ou tourmaline rose. La plus convoitée de toutes est la rubellite, de couleur rose à rouge avec une pointe de violet.
D’une dureté de 7 à 7,5, la tourmaline est majoritairement brésilienne d’origine mais de nombreux gisements existent à travers en Afrique, Amérique, Asie ou Océanie ou, plus près de nous, sur l’île d’Elbe et en Suisse.

Zircon

Le zircon

Depuis l’Antiquité, le zircon brille de ses feux intenses sous diverses appellations. Son nom viendrait de l’arabe zargoun (vermillon). La tradition prête au zircon le pouvoir de donner la sagesse à celui qui le porte ainsi que la richesse. Par ailleurs, la perte de sa brillance indiquerait un danger imminent.
A l’état naturel, le zircon évolue, le plus fréquemment, du vert-brun et rouge-brun alors que les zircons incolores sont très rares. Les zircons rouge, jaune ou rouge-brun sont appelés Hyacinthe. D’une dureté moyenne de 6,5 à 7, 5,le zircon se présente le plus souvent en cristaux roulés dans les sables gemmifères au Cambodge, Myanmar, Sri Lanka, Thaïlande, Australie, Brésil, Corée, Madagascar, Mozambique, Nigéria, Tanzanie mais aussi en France en Haute-Loire. Les zircons incolores sont taillés en brillant tandis que les zircons colorés sont taillés à degrés ou en taille fantaisie.

METAUX PRECIEUX

Or

L’or

Nul métal plus que l’or est recherché et convoité depuis l’aube des temps. Aujourd’hui comme hier, l’or reste sans doute le métal le plus prisé pour sertir des pierres précieuses ou fines et composer ainsi le plus beau et le plus prestigieux des gages d’amour.
Métal noble entre tous, l’or pur est malléable et à la fois dense et tendre. Jaune brillant, il a la particularité de ne s’oxyder ni à l’eau ni à l’air et c’est bien son éclat inaltérable qui lui confère toute sa valeur.
Savez-vous qu’en joaillerie l’or est toujours mélangé à un ou plusieurs autres métaux pour accroître sa rigidité ? Selon l’alliage qui le constitue (argent ou cuivre), il peut se parer de toute une palette de nuances. L’or jaune est en principe constitué de 75% d’or jaune, de 12,5% d’argent et de 12,5% de cuivre. L’or rose comporte 75% d’or 20% de cuivre et 5% d’argent. L’or gris est composé à 75% d’or auquel s’ajoute du cuivre et parfois du palladium. En joaillerie, le terme « or blanc » est souvent utilisé pour évoquer l’or gris. L’or blanc est alors recouvert d’une fine couche de rhodium qui disparaît avec le temps tandis que l’or reprend une couleur gris-jaune. Sans doute le moins connu de tous, l’or bleu est un alliage d’or et de fer.
Bagues, colliers, bracelets, boucles d’oreille… dans le monde, environ 70% de l’or est destiné à la bijouterie. En France, le marquage des bijoux en or est obligatoire et se fait par l’apposition de poinçons. Chaque bijou reçoit deux poinçons : le poinçon de titre ( il indique le pourcentage d’or dans le métal) et le poinçon de maître qui est celui du fabricant. En France, le poinçon de titre actuel pour l’or massif est une tête d’aigle.

Platine

Le platine

Avec sa couleur naturellement blanche, presque métallique, le platine s’accorde à merveille à la pureté du diamant. Un métal de choix pour une bague de fiançailles ou une alliance compagne de toute une vie car l’éclat brillant du platine résiste particulièrement bien au temps ; sa densité et son poids en font le métal le plus durable utilisé en bijouterie. A la fois résistant et très malléable, il se prête facilement à l’imagination des créateurs et notamment lorsqu’il s’agit de concevoir des bijoux d’une très grande finesse ; sa souplesse unique lui permet alors d’être tiré en un fil de la plus extrême finesse.
Le platine est quasiment pur car l’alliage de palladium ou d’iridium qui le complète n’est que de 5%. 30 fois plus rare que l’or, il ne fut identifié qu’en 1735 lors de travaux d’observation des bijoux portés par les populations indiennes en Colombie.

On trouve le platine en Amérique du nord et du sud, en Afrique du sud, à Bornéo, en Océanie et en Russie.
Le poinçon de titre du platine représente une tête de chien.

Argent

L’argent

Depuis la plus haute Antiquité, l’argent est utilisé pour frapper les monnaies, les médailles et fabriquer des bijoux. Bracelets, colliers, pendentifs, bagues… l’argent est un métal malléable qui se plie aisément aux exigences de la création pour le plus grand plaisir de celles et de ceux qui apprécient tant sa couleur grise se prête à de multiples associations. Il n’est pas utilisé pur mais le plus souvent associé à de faibles quantités de cuivre ou d’or ou encore en plaquage.
Les principales régions de production d’argent dans le monde sont les Etats-Unis, le Canada, le Mexique, la Bolivie, le Chili et le Pérou.
Le poinçon de titre de l’argent représente une tête de Minerve.